Les nouvelles procédures d’approche ne diminuent pas les nuisances aériennes

En novembre 2011, Nathalie Kosciusko-Morizet avait décidé d’un relèvement de 300 mètres des trajectoires d’approche des avions atterrissant à Roissy, dans le but annoncé de réduire les nuisances sonores subies par les habitants des communes proches de l’aéroport.

Or, selon le rapport de synthèse rédigé par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) publié le 15 janvier par le ministère de l’Ecologie, les nouvelles procédures exposent surtout plus souvent des villes éloignées (Cergy, Conflans) à des niveaux supérieurs à 65 dB, sans que pour autant les villes les plus proches aient été significativement soulagées. Encore faut-il savoir que sont considérées comme « communes proches » les villes de Beauchamp et Saint-Leu ! L’étude ne parle pas de Soisy, et encore moins de nos amis de Goussainville ou Gonesse ! D’ailleurs, avait-on vraiment besoin d’une étude pour constater qu’on en a toujours autant plein les oreilles ?

Il n’y a pas de mystère : tant que les avions n’atterriront pas comme des hélicoptères, la solution ne sera jamais de déplacer les nuisances aériennes, mais de les réduire à la source. Comme le réclame depuis toujours EELV, il faut arrêter de subventionner le transport aérien qui bénéficie, contre toute raison, de l’exonération de la TIPP sur le carburant et de la TVA sur les billets. Et, bien sûr, interdire les vols de nuit.

 

About admin

Conseiller municipal de Soisy-sous-Montmorency
This entry was posted in Val-d'Oise and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*