Michel Rocard, l’honneur de la gauche

Je ne peux pas laisser Michel Rocard nous quitter sans dire un mot de l’importance qu’il a eue sur mon engagement politique. En 1969 j’avais la télévision depuis peu et avais suivi assidûment les débats pour l’élection présidentielle. Par rapport aux autres candidats, assister aux prestations de Michel Rocard avait une saveur particulière parce que, en l’écoutant, on avait l’impression de devenir plus intelligent… Ce qui, à 14 ans, vous marque forcément.

Plus tard, après avoir quitté les écologistes à cause de leur positionnement « ni droite ni gauche » et marqué ma sympathie aux libertaires, c’est bien lui, Michel Rocard, qui m’a fait franchir le pas d’adhérer à ce parti réformiste qu’était le Parti socialiste, afin qu’il soit le candidat des socialistes à l’élection présidentielle de 1981. On sait ce qu’a été la suite… Mais, dès 1980, j’avais assisté à une réunion locale animée par des proches de Michel Rocard où ils décrivaient leur souhait de mettre en place un « revenu minimum d’existence », idée qui paraissait complètement utopique voire saugrenue dans la société française de l’époque et même au Parti socialiste.

Mais en 1985 au congrès de Toulouse, bien qu’encore une fois minoritaire, Michel Rocard parvient à faire inscrire dans la motion de synthèse cette idée de revenu minimum d’existence qui deviendra un élément de programme du PS. On sait ce qu’il advient de bon nombre de promesses des programmes politiques… Pourtant, quand il a été en situation de gouverner en 1988, Michel Rocard a mis en place ce qui paraissait complètement utopique peu de temps avant et créé le RMI ! Chapeau bas.

Au cours de ses trois années à la tête du gouvernement il a aussi mis en place la CSG, qui était révolutionnaire dans le sens qu’elle concrétisait l’idée que la protection sociale ne devait pas être financée uniquement par les revenus du travail mais par l’ensemble des revenus, dont les revenus financiers. Elle a été vilipendée tant par la droite que par certains syndicats, pour être ensuite très vite acceptée par l’ensemble de la société parce qu’elle était juste.

Comment également ne pas saluer sa démarche de dialogue en Nouvelle-Calédonie où, après les dégâts provoqués par le lâche et sanguinaire Bernard Pons, il a su créer les conditions pour que s’établisse une paix durable ? Encore une action où l’on n’aurait pas trouvé grand monde pour parier sur sa réussite.

Pourtant, comme tout grand homme, il a eu ses faiblesses : je ne comprends toujours pas pourquoi il a facilité la carrière politique de Manuel Valls, qui est son exact contraire.

Toutefois, à la suite de Jean Jaurès et de Léon Blum, il restera de ceux qui ont marqué et honoré l’histoire de la gauche.

 

About admin

Conseiller municipal de Soisy-sous-Montmorency
This entry was posted in Plus loin and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*