La rancune à la rivière

« Il faut jeter la rancune à la rivière » : la première fois que j’ai entendu cette expression c’était dans la bouche de Valéry Giscard d’Estaing à propos de son ancien Premier ministre Jacques Chirac. C’est Jean-Luc Mélenchon qui l’utilise aujourd’hui pour justifier son accord avec les autres partis de gauche, alors que des propos plus qu’acerbes sur le fond et la forme ont fusé de part et d’autre ces derniers mois.

Fort bien. Vu le danger représenté par l’extrême droite aux portes du pouvoir, on ne peut que s’en féliciter. Mais cet état d’esprit qu’il applique à l’égard des partenaires, que ne l’applique-t-il à l’intérieur de son mouvement ? Vu le fort désir d’union qu’il y a toujours eu parmi le peuple de gauche, sans doute a-t-il jugé qu’il n’avait pas le choix en ce qui concerne les partenaires. Mais pas question d’appliquer le même principe chez lui. François Ruffin et Clémentine Autain ont été épargnés parce que trop connus et trop populaires, mais exit les autres qui ont commis un crime de lèse-majesté en gardant leur liberté de parole en interne. Chez les Insoumis on n’accepte que les soumis.

Malgré ses indéniables qualités de débatteur, Jean-Luc Mélenchon est incapable d’expliquer et de justifier sérieusement ces contradictions. Et cela augure bien mal des relations à l’intérieur de ce gouvernement de gauche que j’appelle de mes vœux.

Mélenchon, le fossoyeur du Nouveau Front populaire

La décision de Mélenchon de ne pas investir les députés de LFI qui ne lui obéissaient pas le petit doigt sur la couture du pantalon est un coup de poignard dans le dos des millions de citoyennes et citoyens pour qui l’avènement du Nouveau Front populaire avait suscité un immense espoir.

Programme clarifié sur des sujets clés comme l’Ukraine, répartition non hégémonique des circonscriptions, nous avons été nombreux à penser que LFI revenait à la raison pour ne pas rater l’opportunité historique qui s’offrait à la gauche. Mais non, ce n’était qu’une posture provisoire. Dans le monde de Mélenchon, tous ceux qui ne pensent pas comme le chef doivent être éliminés. Il a fait profil bas parce qu’il n’avait pas de rapport de forces favorable à l’intérieur de la gauche, mais là où il est en position de force il exerce celle-ci de la façon la plus brutale, trahissant l’esprit et la lettre de l’accord qui venait d’être signé.

Tous les démocrates sincères qui pensaient éventuellement se laisser tenter par un vote NFP, effrayés par les pratiques du personnage, vont maintenant reculer. C’est ce qu’il voulait : s’il ne peut pas être le chef incontesté de la gauche, il préfère que la gauche perde. Il ferait mieux de se préoccuper de l’image que l’histoire gardera de lui : le fossoyeur des espoirs du peuple de gauche.

Le sport j’adore, les JO j’abhorre !

Le sport c’est super ! Que ce soit dans les disciplines individuelles ou dans les sports collectifs, dans la plupart des cas la pratique sportive permet de se sentir bien dans son corps et par voie de conséquence bien dans sa tête. Pour les jeunes cela a une importante valeur éducative, pour les plus âgés cela permet d’entretenir la forme et de ralentir le vieillissement. Et, quand il est pratiqué en club, le sport est aussi un outil important pour favoriser le vivre ensemble.

En quoi retrouve-t-on ces valeurs et ces bienfaits dans les Jeux olympiques ? Le fait de vouloir être le meilleur au niveau mondial, de surclasser des milliards d’êtres humains, oblige à une préparation équivalente à de l’esclavage sans droits sociaux pour pousser un corps à l’extrême limite de ses possibilités naturelles, conduisant fatalement à être tenté par des moyens artificiels allant du dopage classique aux manipulations génétiques.

Quand ce n’est pas le sportif lui-même qui en prend l’initiative, les États, en particulier les États totalitaires, s’en chargent pour lui avec des moyens sensiblement plus importants. Parce que, au final, que ce soit les grandes puissances ou les pays émergents, tous vont compter et mettre en avant le nombre de médailles, le nombre de fois où leur drapeau sera hissé et leur hymne joué, donc exacerber un nationalisme qui n’a pas grand-chose à voir avec les valeurs qu’était censé porter l’olympisme.

Sans même parler des dessous financiers de toute cette affaire, les Jeux olympiques ne sont décidément plus un événement qui sert le sport !

Les petits pas contre le développement du trafic aérien

Ce mardi 9 mai se tenait un rassemblement devant le ministère de la Transition écologique réunissant des élus, des associations et des citoyens pour souligner toutes les nuisances causées par le trafic aérien sur la santé des riverains et sur l’environnement.

Mais ça fait plus de vingt ans que ce genre de manifestation existe… A l’époque tous ces élus et des associations comme l’Advocnar demandaient surtout la modification des trajectoires d’approche et la création d’un troisième aéroport desservant l’Ile-de-France pour réduire les nuisances subies par les Val-d’Oisiens, mesures complètement illusoires. Aujourd’hui, ils réclament un plafonnement du nombre de vols à Roissy et l’établissement d’un couvre-feu comme dans de nombreux aéroports européens, ce qui est déjà plus responsable et plus efficace.

Mais aucun n’a réclamé la taxation du kérosène des avions à l’égal du carburant des voitures, pourtant première mesure, simple à mettre en œuvre, pour mettre un coup d’arrêt au développement du trafic aérien. Et ne parlons du maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, qui, en toute innocence, a évoqué le fait que le trafic aérien participait au réchauffement climatique, alors que son projet Europacity qu’il a défendu bec et ongles y participait directement par la bétonisation des terres agricoles et par le supplément de trafic aérien qu’il engendrait !

Pourquoi avons-nous des élus toujours en retard de vingt ans sur les diagnostics et les solutions à mettre en œuvre ?

Les insupportables manœuvres d’un gouvernement aux abois

La faute morale de l’utilisation du 49-3 pour faire passer une réforme majoritairement refusée par les Français et la représentation nationale a été abondamment commentée, je n’y reviendrai donc pas. Que le peuple continue de marquer sa réprobation, surtout après l’incroyable intervention télévisée de celui qui ne sait pas descendre de son Olympe, est rassurant quelque part. Que cette indignation populaire donne lieu à d’insupportables violences policières est inquiétant.

Mais un degré supplémentaire dans la turpitude a été franchi hier avec ce qui s’est passé à Sainte-Soline. Comme l’a souligné la Ligue des droits de l’homme, il était déjà anormal que cette manifestation soit interdite. De constater ensuite que l’exécutif met en place une mise en scène de violences dues à des « manifestants » pour justifier les violences policières de ces derniers jours est effrayant. Alors que nous avons une police et une gendarmerie nationales compétentes, qui savent faire ce qu’il faut pour que « ça se passe bien », ne pas s’exposer inutilement et protéger leur matériel, c’est un autre scénario qui avait été choisi par le ministre de l’intérieur.

Et s’il y a eu des véhicules de gendarmerie incendiés c’est bien parce que le commandement l’a voulu. Pourquoi ces véhicules étaient placés de cette façon ? Pourquoi rien n’a été fait pour arrêter ces feux ? Les gendarmes n’ont pas d’extincteurs, pourtant obligatoires dans les véhicules de transport en commun ? Non, c’était pour que des chaînes de télévision complaisantes puissent mieux filmer ces véhicules en train de brûler, en espérant que cela contribue à retourner l’opinion publique contre les manifestants. Mais la perte de crédibilité de ce gouvernement est telle qu’il risque d’en falloir un peu plus. Perspective qui n’est pas rassurante du tout…

Tchernobyl, Fukushima… Zaporijia ?

Inutile de revenir sur l’aberration économique et le désastre écologique que représente l’utilisation des centrales nucléaire pour fournir de l’énergie, les gens de bonne foi n’ont pas besoin que l’on ressasse les arguments imparables exposés depuis plusieurs décennies. Mais il y a également une autre raison pour refuser le nucléaire qui, bien que pas nouvelle, prend une acuité supplémentaire ces derniers jours.

Depuis le début, les laudateurs de l’énergie nucléaire tentent de nous persuader que le nucléaire civil et le nucléaire militaire ce n’est pas la même chose. Or, on a bien la preuve, avec ce qui se passe aujourd’hui à Zaporijia, qu’une centrale nucléaire civile peut très facilement devenir une puissante arme de guerre. Objet de menace dont on peut juste espérer qu’il ne soit pas mis à exécution, il est surtout à la merci de n’importe quel obus à la trajectoire pas très bien ajustée… La seule garantie de sécurité est de démanteler tous ces engins de mort.

Nupes ? Oups !

Je ne regrette rien du soutien que j’ai apporté à la constitution de la Nupes pour les élections législatives. Compte tenu de la situation à la fois tragique et baroque à l’issue de l’élection présidentielle, c’est ce qu’il y avait de plus intelligent à faire et cela a permis que les différents courants de la gauche soient représentés a minima à l’Assemblée nationale.

Mais maintenant il convient d’en rester là ! L’ADN politique hégémonique, centralisateur et autoritaire de LFI est pénible au niveau national mais ne prête pas vraiment à conséquence. En revanche, il est intolérable quand il vient en soutien aux régimes qui sont une menace de plus en plus évidente pour les démocraties. Après avoir voulu faire croire que l’Ukraine pouvait être une menace pour la Russie, voilà que Jean-Luc Mélenchon trouve légitime la prétention chinoise de remettre Taïwan sous sa coupe. Pour y démanteler les institutions démocratiques comme elle le fait à Hong Kong ?

Historiquement, culturellement et économiquement, la Russie et la Chine sont de grandes nations. A quoi peut leur servir d’étendre encore leur pouvoir sur de nouveaux territoires ? Qui peut oser dire que les 23 millions de Taïwanais et les 44 millions d’Ukrainiens n’ont pas le droit de vivre en paix avec les institutions démocratiques qu’ils ont choisies ?

Le vote Macron pour défendre l’Ukraine

Comme Yannick Jadot l’a demandé hier soir, le 24 avril je voterai Emmanuel Macron sans hésiter alors qu’il représente à peu près tout ce que je combats depuis des années. Mais , si Marine Le Pen arrivait à la présidence de la République :
— ses premières mesures xénophobes ne feraient qu’aggraver le climat de violence qui est déjà bien préoccupant ;
— quand l’extrême droite prend le pouvoir, même légalement, elle ne le rend jamais ;
— ses accointances avec les autocrates russe et hongrois affaibliraient l’Europe dans son soutien à l’Ukraine face à la guerre sauvage menée par Vladimir Poutine. En défendant son territoire et son peuple martyr, l’Ukraine défend toute l’Europe et notre conception de la démocratie.

Ce vote sera donc juste un vote de protection immédiate, et en aucun cas une autorisation à poursuivre l’agrandissement de la fracture sociale et à tolérer son inaction sur le dérèglement climatique. Mais, après cette farce lugubre de l’élection présidentielle qui s’apparente de plus en plus à un jeu de télé-réalité avec cette notion de « vote utile », nous devons faire en sorte que les élections législatives qui vont suivre soient l’occasion de faire un vote de conviction. Ainsi, les candidats écologistes, socialistes, communistes et d’extrême gauche feront des scores bien plus en phase avec les aspirations du pays. Et le total des voix de gauche — voix de gauche indispensables à Emmanuel Macron pour être réélu — est supérieur à celui qu’il a fait sur son nom.

Il faut que demain toutes les forces de la gauche sachent se parler et proposer des candidatures uniques dans toutes les circonscriptions dans le respect de la représentativité de chacun. Alors la gauche pourra gagner les législatives, installer l’un des siens à Matignon et imposer à Emmanuel Macron une cohabitation. Au point où nous en sommes aujourd’hui, c’est la meilleure chose qui puisse arriver au pays, à l’Europe et aux habitants de la planète !

Le vote utile à gauche c’est Yannick Jadot !

Le fan club LFI nous répète en boucle que le vote utile à gauche c’est Jean-Luc Mélenchon. Mais utile à quoi ? Pour que la gauche soit présente au second tour, nous répond-on. Même en admettant que Mélenchon soit de gauche, qu’est-ce que cela apporte au peuple de gauche qu’il soit à un second tour où il n’engrangera qu’un faible nombre de voix supplémentaires tant nombre de ses positionnements sont incompatibles avec les valeurs de la gauche ?

Pour ceux qui s’interrogeaient encore, toutes ses déclarations soutenant les agissements de Poutine le discréditent complètement aux yeux de tous ceux pour qui les valeurs humanistes veulent encore dire quelque chose.

Du fait de tous les renoncements du PS, il n’y a plus que EELV qui porte assez haut les valeurs qui historiquement ont été portées par la gauche. Le seul donc aujourd’hui en capacité de battre la droite et Emmanuel Macron au second tour, c’est Yannick Jadot, qui pourra mettre immédiatement en œuvre les mesures sociales et environnementales qui deviennent de plus en plus urgentes.

La difficulté est d’accéder au second tour, mais les dernières élections européennes et municipales ont montré que les écologistes savaient déjouer les sondages et créer la surprise.

Les communistes français toujours aussi aveugles face à la Russie

Comme aux plus beaux jours de l’URSS, le Parti communiste français est toujours aussi fort pour manier la dialectique et tordre la vérité afin de justifier l’injustifiable.

Hier au rassemblement place de la République en soutien au peuple ukrainien, le PCF distribuait un tract où, après avoir condamné pour la forme la décision de Poutine d’une opération militaire russe en Ukraine, détourne complètement les problèmes et, de facto, fait le jeu de Poutine.

On lit entre autres : « La responsabilité collective revient aussi à tous ceux qui ont nourri le feu de la confrontation aux portes de la Russie en laissant entendre que l’Ukraine pouvait intégrer l’Otan ». Comme s’il était imaginable que l’Ukraine attaque la Russie ! (dans le passé ça a toujours été le contraire, et l’Ukraine a rétrocédé sa force de frappe nucléaire à la Russie).

Et sur le même tract : « Ce désastre pouvait être évité. L’histoire jugera ; dans l’immédiat, il est indispensable de protéger les populations civiles des deux côtés de la ligne de front. » Comme s’il y avait une ligne de front, alors qu’il y a juste des agresseurs et des agressés ! Et si ligne de front il y avait ce serait toujours des populations civiles ukrainiennes puisque l’Ukraine n’a pas mis un pied en Russie.

Une fois de plus les extrêmes se rejoignent, puisque l’on retrouve les mêmes complaisances de l’autre côté de l’échiquier politique. Contrairement à ce que certains disent, il y a des divergences à gauche qui sont insurmontables.