La grande illusion du budget participatif

Après vingt-cinq ans de mandat, M. Strehaiano se dit que ça serait bien de mettre un peu plus de démocratie dans la gestion de la ville, et il a attrapé au vol l’idée qui est à la mode depuis déjà plusieurs années, le budget participatif !

Mais c’est vraiment pour amuser la galerie : sur un budget municipal de plus de 38 millions d’euros, il y a 100.000 euros réservés aux projets des Soiséens. C’est-à-dire que cette démocratie annoncée à grands cris s’exerce à hauteur de 0,26 % ! Les Soiséens apprécieront… Et encore, après il faut que ça passe par le filtre des services municipaux ! Que va-t-il rester au bout du compte ?

La démocratie ce n’est pas amuser les citoyennes et les citoyens avec des hochets. La démocratie c’est que la population soit réellement associée aux projets structurants , en matière d’urbanisme par exemple. Mais, quand il s’est agi de déplacer l’école maternelle Emile-Roux il y a vingt ans, M. Strehaiano n’a tenu aucun compte de l’avis des parents d’élèves, il a décidé tout seul.

La signalisation fantasque des rues de Soisy

Voici ce que l’on peut trouver à l’entrée de la rue des Fosseaux, petite rue donnant sur la rue d’Eaubonne…

Effectivement, cette rue est en impasse pour les voitures depuis l’apparition du lotissement Bréguet au siècle dernier, il est donc normal que cela soit signalé. Mais pourquoi « sauf riverains » ? La rue est en impasse aussi bien pour les riverains que pour les autres ! Cette mention aurait un sens avec un panneau de sens interdit : sens interdit sauf riverains. N’y avait-il donc pas le stock de panneaux nécessaires dans les réserves ?

Ce manque de rigueur dans la signalisation routière est hélas bien à l’image de la politique municipale souvent empêtrée dans la contradiction entre ce que l’époque nécessite de faire et la compréhension que Luc Strehaiano a du monde d’aujourd’hui.

Les réglementations inapplicables du maire de Soisy

Incapable d’avoir une vision globale de l’organisation des déplacements dans sa ville, Luc Strehaiano ne fait que céder aux modes et à diverses pressions, jusqu’à former un ensemble absurde, satisfaisant ni pour les piétons, ni pour les cyclistes, ni pour les automobilistes.

Ainsi croyant répondre à la pétition des riverains qui réclamaient à juste titre une diminution de la vitesse rue de Montmorency, il a apposé des panneaux limitant la vitesse à 30 (alors que cette même départementale est limitée à 50 à Montmorency) avec un feu se mettant automatiquement au rouge si cette vitesse n’est pas respectée.

Sauf que 30 sur cet axe c’est ridicule voire dangereux — on a assisté à plus de dépassements irréfléchis qu’auparavant — et, cédant à d’autres pressions, le feu rouge maintenant ne se déclenche plus à 30 mais à sensiblement plus de 40.

Ne sachant prendre les bonnes dispositions, il biaise… Laissant s’installer un peu plus dans l’esprit des citoyens qu’il faut prendre des libertés avec les lois quand elles sont mauvaises. Ce qui hélas, à tous niveaux, est de plus en plus fréquent.

Il y avait pourtant des solutions simples : en plus du panneau de rappel de priorité à droite, matérialiser les passages piétons à chaque intersection, marquant bien le fait qu’on est en ville et qu’il faut avoir le pied léger.

Une avenue Gavignot toute neuve mais pas aux normes !

Les Soiséens qui sont rentrés de vacances ont pu découvrir une portion d’avenue Gavignot toute neuve, la chaussée et les trottoirs ayant été refaits pendant le mois de juillet. Mais, à part le bitume neuf, cela n’entraîne aucune amélioration pour les usagers : en effet le croisement de véhicules, en particulier avec les bus, est toujours aussi délicat et, surtout, il n’y a rien eu de prévu pour les vélos !

Pourtant, depuis la loi sur l’air du 30 décembre 1996 initiée par Corinne Lepage, il est obligatoire, quand sont faits des travaux de voirie, de prévoir les espaces nécessaires pour les circulations douces, en particulier des pistes ou des bandes cyclables. Une fois encore, en toute conscience, la loi est bafouée par le maire de Soisy.

On savait depuis longtemps que Luc Strehaiano n’avait aucune conscience écologique, mais on était au moins en droit d’attendre qu’il respecte la loi. Or ce n’est même pas le cas…

 

Adieu eau, héron et petits canards

D’une certaine façon j’ai été bien inspiré, au moment de la création de mon blog, de choisir en image de la page d’accueil une photo du plan d’eau du parc du Val-Ombreux, parce que aujourd’hui cela n’existe plus et ne reviendra jamais.

En effet, après plusieurs années de divers votes modificatifs au sujet du financement de la rénovation de ce parc urbain sans qu’il se passe quoi que soit, brusquement fin novembre ce parc s’est vu entouré de barrières provisoires et plusieurs dizaines d’arbres ont été abattus. Pour faire quoi ? Lorsque le sujet était évoqué en conseil municipal, nous n’avions que des réponses floues et évolutives sur des études menées par des prestataires extérieurs. Et, au moment où démarrent les travaux, on apprend que le plan d’eau a été supprimé, pour des raisons d’économies sans doute.

Pourtant un plan d’eau dans un parc, peuplé éventuellement de quelques palmipèdes, ça change complètement sa physionomie et l’attrait qu’il exerce, en particulier sur les enfants. Mais, dans le secret de bureaux confinés et sans la moindre consultation de la population, le maire de Soisy a choisi de déshumaniser un peu plus notre ville…

A propos du dernier « Soisy Infos »

Le fait que j’aie pris du recul par rapport à l’action politique directe ne veut évidemment pas dire que je me désintéresse de ce qui se passe dans ma ville. Et la lecture du dernier Soisy Infos appelle de ma part trois commentaires.

D’abord, on constate qu’il a changé de format et qu’il semblerait que sa périodicité ait également changé. Il « semblerait », parce qu’il n’y a aucun article pour expliquer le pourquoi et le comment de ce changement de formule et, dans un support dont la vocation est d’informer, c’est déjà une performance en matière de communication ! J’avais déjà eu l’occasion, en conseil municipal, de souligner que le maintien d’un magazine théoriquement trimestriel et d’une lettre mensuelle était un inutile et coûteux doublon, suggérant une lettre bimestrielle plus étoffée. Pas de réelle réponse sur le moment, mais mise en œuvre deux ans après… Ô ingratitude du mandat de conseiller municipal minoritaire !

Il faut évidemment également dénoncer les manipulations historiques du maire dans son édito quand il parle de « ceux qui réclamaient à corps et à cris un centre culturel » alors qu’il le promettait dans son programme électoral de 1995 et qu’un important budget avait été voté en 1996 pour sa construction, vote que M. Strehaiano a préféré par la suite oublier. Quant à la question « sur quel terrain ? », oublie-t-il que, dès février 2001 en prévision des élections municipales proches, sur les terrains des ex-Fonderies Bernard il avait mis une pancarte annonçant la prochaine construction de l’espace culturel ?

Enfin, dire un mot sur le pitoyable Amédée Desrivières qui visiblement ne connaît pas le sens de l’expression « acharnement thérapeutique » et l’informer que, contrairement à ce qu’il affirme, les citoyens ne l’ont pas élu. Les citoyens ont voté pour une liste qui était clairement en opposition à celle du maire sortant, et ce n’est que pour des raisons administratives que la tête de liste, Alain Ananian, a été invalidée. La réalité, c’est que M. Amédée Desrivières trahit ses colistiers et les citoyens qui ont voté pour cette liste.

La mairie à vau-l’eau

Le principal sujet au conseil municipal de ce 28 juin était la construction de l’espace culturel. Or, malgré les remarques faites par les élus minoritaires en commission, le maire a persisté à vouloir faire voter l’autorisation de dépôt d’un permis de construire alors que le projet qu’il a actuellement dans ses cartons est sensiblement différent de celui qui a été voté à l’unanimité par le conseil municipal le 26 mai 2016 (eh oui, déjà deux ans). Et, le temps passant, non seulement il ne se passe rien, mais en plus d’après les vagues plans que nous pouvons réussir à voir, l’espace culturel est en train de subir une « opération jivaro » comme l’a qualifié le conseiller socialiste Frank Morot-Sir.

Mais, depuis 1995, les Soiséens ont l’habitude de voir le projet d’espace culturel sans cesse reporté… Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’impression de laisser-aller dans la marche de la mairie, que le maire ne conduit plus les affaires mais qu’il subit les événements. Lui qui savait être si mordant avec l’opposition, on constate aujourd’hui qu’il semble fatigué, qu’il n’a quasiment plus la force de répondre. Si l’on veut que Soisy aille maintenant de l’avant, il est grand temps de changer celui qui est à sa tête…

Ce n’est pas aux Soiséens de financer les revenus des stars du football !

Comme toutes les villes, Soisy accorde des subventions à de nombreuses associations culturelles et sportives, avec une attention particulière à celles qui accueillent des enfants et des adolescents. Par ce geste, la collectivité reconnaît le rôle social et éducatif que jouent ces associations et c’est très bien.

Mais quel rôle éducatif et social joue une association quand, au moment des réinscriptions en septembre, elle refuse de reprendre un adolescent non pas parce que ce serait un élément perturbateur, mais parce qu’il n’est pas assez performant ? A ces âges-là, c’est un acte extrêmement destructeur ! C’est pourtant le système de fonctionnement du club de football de Soisy… Pourquoi ? Parce qu’il est plus dans la logique de la performance et de la compétition que dans celle du bien-être de ses membres.

Ce club est donc à fond dans le système qui, en bout de course, aboutit à verser des sommes au-delà de toute décence aux joueurs professionnels. Si cela ne leur pose pas de problème moral, tant mieux pour eux. Mais la Ville de Soisy n’a pas à cautionner ces pratiques ou, dit autrement, les impôts des Soiséens n’ont pas à financer les revenus des stars du football.

C’est pourquoi, lors du conseil municipal du 29 mars qui devait voter l’ensemble des subventions aux associations, j’ai proposé un amendement, à portée symbolique, pour ramener la subvention du club de foot de 20.430 euros à 20.399 euros. La maire adjointe aux sports, Claudine Bitterli, a dit regretter elle aussi les exclusions pratiquées par le club de foot mais, comme le maire a invité sa majorité municipale à le faire, a voté contre mon amendement. Seul les élus de gauche du groupe Soisy pour Tous ont voté positivement et donc l’amendement a été rejeté. Encore un exemple, hélas, où les actes sont en décalage avec le discours.

Les charmes du droit d’expression des élus minoritaires dans « Soisy Infos »

Depuis un jugement du tribunal administratif de fin 2016, les élus n’appartenant pas à la majorité ont, comme il se doit, droit à un espace d’expression dans le bulletin municipal mensuel Soisy Infos. Mais on nous demande de transmettre nos textes le 5 du mois précédent, ce qui veut dire que le maire a trois semaines pour répondre — de manière directe ou indirecte — dans le même numéro aux propos de l’opposition !

C’est particulièrement criant dans le numéro de ce mois de février : j’avais consacré les quelques lignes auxquelles j’ai droit au fait que la culture a toujours été le parent pauvre de la politique soiséenne, les 25 ans qu’on  attend la construction du centre culturel en étant la preuve concrète. Et cela n’a pas loupé : pour la première fois depuis bien longtemps, le maire titre son édito sur la culture et y consacre une large part de son texte…

On peut considérer que cela relève du dialogue démocratique. Mais moi, si je veux répondre, je ne pourrai le faire que dans le numéro suivant…

A propos du second tour dans la 6e circonscription

Je suis évidemment complètement d’accord avec le communiqué d’EELV95 que j’ai contribué à rédiger comme quoi, dans les 7 circonscriptions du Val-d’Oise où se trouvent opposés au second tour un candidat d’En Marche et un candidat des Républicains, nous n’avions aucune raison de préférer l’un à l’autre.

Toutefois, dans la 6e circonscription qui est la mienne, je ne peux renvoyer dos à dos les deux candidats. Cela fait plus de vingt ans que je suis dans l’opposition au conseil municipal de Soisy, et les sujets sur lesquels j’ai combattu la politique menée par Luc Strehaiano restent d’actualité. Toutefois, cela m’a permis aussi de constater que c’était un homme de conviction qui avait une vision de l’avenir de sa ville, même si ces convictions et cette vision étaient très différentes des miennes.

Je ne pourrais en dire autant de la candidate d’En Marche et de son suppléant, qui à mes yeux représentent tout ce qu’il y a de pire en matière d’opportunisme politique. Après avoir plusieurs fois changé de courant dans les eaux troubles de la droite et du centre, Nathalie Elimas a soutenu ardemment François Fillon à la présidentielle jusqu’à ce que les sondages l’annoncent battu… Puis, alors qu’elle avait largement montré son mépris pour Emmanuel Macron, elle est arrivée à se faufiler pour obtenir l’investiture d’En Marche parce que c’est l’étiquette qui va gagner.

Dans ces circonstances, il serait donc beaucoup plus juste et moral que ce soit Luc Strehaiano qui gagne dimanche.