Une étape de plus dans la déshumanisation franchie par Luc Strehaiano

Alors qu’il est incapable de fournir la moindre donnée chiffrée sur l’efficacité de sa vidéosurveillance, Luc Strehaiano en a rajouté une couche au conseil municipal du jeudi 20 mai en faisant voter par sa majorité et le reste de la droite le principe de la vidéoverbalisation avenue du Général-de-Gaulle. Cela veut dire que, si par exemple vous vous arrêtez sur un bateau pour mettre une lettre à la poste, un fonctionnaire depuis sa cabine de contrôle pourra vous mettre une prune que vous recevrez quelque temps plus tard par courrier.

Alors qu’il serait tellement plus efficace — aussi bien pour le stationnement que pour les autres problèmes — que ce fonctionnaire soit tout simplement présent dans cette avenue du Général-de-Gaulle ! La simple présence d’un uniforme est dissuasive et, si besoin, on s’explique entre êtres humains. Mais non, au lieu de tenter de régler les problèmes à la source, Luc Strehaiano préfère sanctionner de façon invisible, contribuant à rendre notre société de plus en plus violente.

Seule Catherine David, élue de la liste Soisy Respire, a voté contre cette escalade dans la déshumanisation de notre société.

La grande illusion du budget participatif

Après vingt-cinq ans de mandat, M. Strehaiano se dit que ça serait bien de mettre un peu plus de démocratie dans la gestion de la ville, et il a attrapé au vol l’idée qui est à la mode depuis déjà plusieurs années, le budget participatif !

Mais c’est vraiment pour amuser la galerie : sur un budget municipal de plus de 38 millions d’euros, il y a 100.000 euros réservés aux projets des Soiséens. C’est-à-dire que cette démocratie annoncée à grands cris s’exerce à hauteur de 0,26 % ! Les Soiséens apprécieront… Et encore, après il faut que ça passe par le filtre des services municipaux ! Que va-t-il rester au bout du compte ?

La démocratie ce n’est pas amuser les citoyennes et les citoyens avec des hochets. La démocratie c’est que la population soit réellement associée aux projets structurants , en matière d’urbanisme par exemple. Mais, quand il s’est agi de déplacer l’école maternelle Emile-Roux il y a vingt ans, M. Strehaiano n’a tenu aucun compte de l’avis des parents d’élèves, il a décidé tout seul.

« Consommer local » : encore un concept mal compris par la mairie !

« Consommer local » : c’est ce que le dernier numéro de Soisy magazine nous incite à faire, c’est même le gros titre en couverture. Et on ne peut être que d’accord avec cette invitation. Pour des raisons tant environnementales que sociales et sociétales, les écologistes ont toujours défendu le commerce de proximité contre les grandes surfaces. Et nos commerçants ayant été encore plus fragilisés par la crise, il est effectivement important de les soutenir.

Sauf que, rien qu’au marché par exemple, on trouve quantité de produits venant de continents lointains proposés par les vendeurs, soit parce que hors saison chez nous soit parce que les réglementations très souples de certains pays permettent des prix plus bas, mais avec un bilan carbone et social désastreux. Il n’est certes pas question de se priver d’oranges ou de bananes qui ne peuvent pas pousser sur notre sol, mais il n’y a aucune raison de satisfaire le désir de vouloir manger des cerises en hiver, nos terres offrent largement un panel de produits variés en toutes saisons.

Or, il n’est absolument pas question de cette problématique dans les articles consacré à ce sujet dans les pages centrales. Alors que c’était l’occasion de souligner la nécessité de préserver les terres agricoles de Gonesse menacées d’urbanisation pour avoir réellement des produits locaux. Car c’est cela « consommer local ». Comment peut-on utiliser ainsi un slogan sans en connaître le vrai sens ?

Ignorance ? Inconscience ? Indifférence ?

Bienvenue à la liste « Soisy Respire »

Je suis heureux d’annoncer la naissance de la liste « Soisy Respire » conduite par Catherine David et qui réunit des militants de gauche, des écologistes et des citoyens : https://www.soisyrespire.fr/

Alors que les autres listes annoncées — « Avenir », « Vivre », « Ensemble » — se cachent derrière leur petit doigt et n’osent pas dévoiler leur appartenance politique, ça fait du bien d’avoir une liste qui annonce la couleur ! D’abord parce que c’est une condition nécessaire pour avoir une vraie démocratie, et ensuite parce qu’elle fait des propositions concrètes qui répondent aux problématiques écologiques et sociales d’aujourd’hui.

Vivement le changement du 22 mars !

A propos du dernier « Soisy Infos »

Le fait que j’aie pris du recul par rapport à l’action politique directe ne veut évidemment pas dire que je me désintéresse de ce qui se passe dans ma ville. Et la lecture du dernier Soisy Infos appelle de ma part trois commentaires.

D’abord, on constate qu’il a changé de format et qu’il semblerait que sa périodicité ait également changé. Il « semblerait », parce qu’il n’y a aucun article pour expliquer le pourquoi et le comment de ce changement de formule et, dans un support dont la vocation est d’informer, c’est déjà une performance en matière de communication ! J’avais déjà eu l’occasion, en conseil municipal, de souligner que le maintien d’un magazine théoriquement trimestriel et d’une lettre mensuelle était un inutile et coûteux doublon, suggérant une lettre bimestrielle plus étoffée. Pas de réelle réponse sur le moment, mais mise en œuvre deux ans après… Ô ingratitude du mandat de conseiller municipal minoritaire !

Il faut évidemment également dénoncer les manipulations historiques du maire dans son édito quand il parle de « ceux qui réclamaient à corps et à cris un centre culturel » alors qu’il le promettait dans son programme électoral de 1995 et qu’un important budget avait été voté en 1996 pour sa construction, vote que M. Strehaiano a préféré par la suite oublier. Quant à la question « sur quel terrain ? », oublie-t-il que, dès février 2001 en prévision des élections municipales proches, sur les terrains des ex-Fonderies Bernard il avait mis une pancarte annonçant la prochaine construction de l’espace culturel ?

Enfin, dire un mot sur le pitoyable Amédée Desrivières qui visiblement ne connaît pas le sens de l’expression « acharnement thérapeutique » et l’informer que, contrairement à ce qu’il affirme, les citoyens ne l’ont pas élu. Les citoyens ont voté pour une liste qui était clairement en opposition à celle du maire sortant, et ce n’est que pour des raisons administratives que la tête de liste, Alain Ananian, a été invalidée. La réalité, c’est que M. Amédée Desrivières trahit ses colistiers et les citoyens qui ont voté pour cette liste.

Pause

Je l’ai annoncé dans la lettre mensuelle Soisy Infos, mais l’espace auquel j’ai droit laissait peu de place pour des explications. Aussi il me paraît nécessaire de revenir un peu plus en détail sur les raisons de ma démission du conseil municipal de Soisy.

J’ai rempli mon mandat de conseiller municipal minoritaire pendant plus de vingt ans, et je crois que j’ai été un des plus assidus, tant aux séances du conseil municipal qu’aux réunions des différentes commissions dont j’ai fait partie. Mais si la présence d’élus minoritaires dans les assemblées délibératives est un des éléments constituants d’une démocratie qui fonctionne correctement, c’est aussi une des tâches les plus ingrates qui soit.

Traditionnellement, les séances du conseil municipal ne sont que la formalisation de ce qui a été débattu en amont. Mais les réunions de commission devraient être un réel lieu de débat et de propositions. Or à Soisy il n’en est rien. Tout est déjà ficelé à l’avance et les propositions des minoritaires sont toujours rejetées, même quand l’adjoint qui préside la commission vous dit qu’il est d’accord avec vous mais qu’il ne peut rien faire ! L’absentéisme de plus en plus important des conseillers de la majorité s’explique d’ailleurs certainement pour les mêmes raisons.

Du fait de la sclérose dont est atteinte l’équipe municipale, Soisy est un bateau qui est en train de couler et il est dur de constater que, d’où l’on est, on ne peut rien y faire… Alors il m’a semblé qu’il valait mieux que je consacre mon énergie à autre chose, ce ne sont pas les combats écologiques qui manquent et là il y a encore des espoirs d’obtenir des avancées.

Je laisse la place à Laurence Thierry, qui est une militante active du mouvement Utopia. Cette association d’éducation populaire — dont je suis également adhérent — produit un nombre impressionnant de réflexions sur tous les sujets de société où les préoccupations écologiques au sens large tiennent une grande place, dans le but d’aboutir à une société du « Buen Vivir ». Si cette réflexion théorique, en dehors de tout enjeu de pouvoir, est importante, c’est aussi une bonne chose que certains de ses membres les plus actifs se coltinent avec les réalités bassement matérielles de la gestion d’une collectivité territoriale au quotidien. Ce passage de relais produit donc un double bénéfice.

 

La mairie à vau-l’eau

Le principal sujet au conseil municipal de ce 28 juin était la construction de l’espace culturel. Or, malgré les remarques faites par les élus minoritaires en commission, le maire a persisté à vouloir faire voter l’autorisation de dépôt d’un permis de construire alors que le projet qu’il a actuellement dans ses cartons est sensiblement différent de celui qui a été voté à l’unanimité par le conseil municipal le 26 mai 2016 (eh oui, déjà deux ans). Et, le temps passant, non seulement il ne se passe rien, mais en plus d’après les vagues plans que nous pouvons réussir à voir, l’espace culturel est en train de subir une « opération jivaro » comme l’a qualifié le conseiller socialiste Frank Morot-Sir.

Mais, depuis 1995, les Soiséens ont l’habitude de voir le projet d’espace culturel sans cesse reporté… Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’impression de laisser-aller dans la marche de la mairie, que le maire ne conduit plus les affaires mais qu’il subit les événements. Lui qui savait être si mordant avec l’opposition, on constate aujourd’hui qu’il semble fatigué, qu’il n’a quasiment plus la force de répondre. Si l’on veut que Soisy aille maintenant de l’avant, il est grand temps de changer celui qui est à sa tête…

Ce n’est pas aux Soiséens de financer les revenus des stars du football !

Comme toutes les villes, Soisy accorde des subventions à de nombreuses associations culturelles et sportives, avec une attention particulière à celles qui accueillent des enfants et des adolescents. Par ce geste, la collectivité reconnaît le rôle social et éducatif que jouent ces associations et c’est très bien.

Mais quel rôle éducatif et social joue une association quand, au moment des réinscriptions en septembre, elle refuse de reprendre un adolescent non pas parce que ce serait un élément perturbateur, mais parce qu’il n’est pas assez performant ? A ces âges-là, c’est un acte extrêmement destructeur ! C’est pourtant le système de fonctionnement du club de football de Soisy… Pourquoi ? Parce qu’il est plus dans la logique de la performance et de la compétition que dans celle du bien-être de ses membres.

Ce club est donc à fond dans le système qui, en bout de course, aboutit à verser des sommes au-delà de toute décence aux joueurs professionnels. Si cela ne leur pose pas de problème moral, tant mieux pour eux. Mais la Ville de Soisy n’a pas à cautionner ces pratiques ou, dit autrement, les impôts des Soiséens n’ont pas à financer les revenus des stars du football.

C’est pourquoi, lors du conseil municipal du 29 mars qui devait voter l’ensemble des subventions aux associations, j’ai proposé un amendement, à portée symbolique, pour ramener la subvention du club de foot de 20.430 euros à 20.399 euros. La maire adjointe aux sports, Claudine Bitterli, a dit regretter elle aussi les exclusions pratiquées par le club de foot mais, comme le maire a invité sa majorité municipale à le faire, a voté contre mon amendement. Seul les élus de gauche du groupe Soisy pour Tous ont voté positivement et donc l’amendement a été rejeté. Encore un exemple, hélas, où les actes sont en décalage avec le discours.

Les charmes du droit d’expression des élus minoritaires dans « Soisy Infos »

Depuis un jugement du tribunal administratif de fin 2016, les élus n’appartenant pas à la majorité ont, comme il se doit, droit à un espace d’expression dans le bulletin municipal mensuel Soisy Infos. Mais on nous demande de transmettre nos textes le 5 du mois précédent, ce qui veut dire que le maire a trois semaines pour répondre — de manière directe ou indirecte — dans le même numéro aux propos de l’opposition !

C’est particulièrement criant dans le numéro de ce mois de février : j’avais consacré les quelques lignes auxquelles j’ai droit au fait que la culture a toujours été le parent pauvre de la politique soiséenne, les 25 ans qu’on  attend la construction du centre culturel en étant la preuve concrète. Et cela n’a pas loupé : pour la première fois depuis bien longtemps, le maire titre son édito sur la culture et y consacre une large part de son texte…

On peut considérer que cela relève du dialogue démocratique. Mais moi, si je veux répondre, je ne pourrai le faire que dans le numéro suivant…

La liste « Soisy Demain », un danger pour la démocratie locale

Après une invalidation et une démission c’est donc le troisième de la liste, Amédée Desrivières, qui depuis mars 2016 représente au conseil municipal les électeurs qui avaient voté « Soisy Demain » lors des dernières élections municipales. A ce titre, il fait partie des élus que l’on classe ordinairement dans l’opposition. Mais son opposition n’aura pas duré longtemps.

Il a effectivement pris la parole lors du conseil municipal du 29 septembre 2016 pour demander à ce qu’il y ait une discussion plus approfondie sur le projet de réalisation d’une résidence de services avenue du Général-de-Gaulle mais il a voté contre l’amendement de demande de report que j’ai proposé ! seuls les socialistes votant pour. Depuis, il est aussi silencieux que le sont tous les membres de la majorité municipale.

Attitude dont chacun peut se rendre compte puisque, dans l’espace réservé aux élus minoritaires dans Soisy Magazine et dans Soisy Infos, soit il laisse son espace blanc soit il n’a de cesse de remercier le maire et la majorité municipale pour leurs réalisations. Mais il a fait encore plus fort dans le dernier numéro de Soisy Magazine puisque son seul propos est de critiquer de façon fort sévère les élus minoritaires du groupe « Soisy pour Tous »…

Je suis loin de partager toutes les critiques du groupe « Soisy pour Tous » et surtout leur façon de les exprimer. Mais au moins sont-ils dans leur rôle de groupe d’opposition, les Soiséens jugeront le moment venu si c’était la bonne façon de faire ou pas. Alors que profiter des maigres droits qu’ont les élus minoritaires pour tresser des couronnes à la majorité ou attaquer les autres élus minoritaires, c’est trahir les électeurs qui ont voté pour sa liste, c’est pervertir la démocratie, c’est la décrédibiliser aux yeux des citoyens.

Pour le respect des Soiséens, M. Desrivières devrait démissionner de son mandat de conseiller municipal et laisser sa place à quelqu’un qui joue vraiment le rôle qu’on attend de lui, ou à tout le moins annoncer clairement qu’il rejoint la majorité municipale et renonce à son statut d’élu minoritaire.