Bienvenue sur le blog de François Delcombre

Ce blog a pour but principal de rendre compte de mon action de responsable politique en publiant des informations sur la vie politique à Soisy, dans le Val-d’Oise et partout dans le monde dans la mesure où cela impacte notre vie quotidienne. Le tout évidemment accompagné de réflexions et propositions personnelles pour aller vers un mieux-vivre ensemble dans un environnement sain et apaisé.

La façon dont sont en général organisés les blogs étant je trouve quelque peu déconcertante, j’ai essayé de faire quelque chose de plus sobre et de plus rationnel. Mais, après sept ans de présence, les diktats du Net (qui décide ? sous quel contrôle ?) ont fait disparaître mon site pendant plusieurs mois. La plupart des visuels ont été perdus mais les textes sont de nouveau consultables.

Naturellement, ce blog est aussi un instrument de dialogue : vous pouvez faire des commentaires à la suite des articles, ou m’écrire personnellement à fois@delcombre.fr.

Bio express

1955  Naissance à Paris.

1972  Entrée dans la vie active.

1975  Membre fondateur du Groupe antinucléaire de Paris 17-18e. Obtention du brevet de pilote de planeur.

1977  Candidat suppléant de Paris Ecologie aux élections municipales dans le 18e arrondissement.

1977  Entrée dans la branche professionnelle édition-imprimerie-presse, d’abord comme assistant aux Editions ATP.

1980  Adhésion au PS pour chasser la droite du pouvoir.

1982  Lecteur-correcteur à Encyclopaedia Universalis, délégué syndical.

1983  Mandataire de la liste d’union de la gauche aux élections municipales dans le 17e arrondissement.

1986  Avec Catherine, naissance de notre premier fils, puis en 1991 naissance du second.

1986  Publication de « Dynastie ouvrière, histoire d’une famille Delcampe-Delcambre-Delcombre », étude familiale montrant que la généalogie n’est pas une science réservée aux familles nobles ou bourgeoises.

1989  Correcteur au quotidien économique la Tribune, délégué du personnel puis responsable du service.

1995  Elu conseiller municipal de Soisy-sous-Montmorency sur la liste d’union de la gauche.

1998  Création de la commission des Trois-Mondes, commission professionnelle visant à ce que les mondes de l’informatique et de la publicité n’imposent pas sans discernement leurs règles propres au monde de l’écrit.

1999  Secrétaire au placement du Syndicat des correcteurs (mandat d’un an).

1999  Démission du conseil municipal pour protester contre le déplacement de l’école maternelle Emile-Roux.

2000  Démission du PS, adhésion aux Verts, fondation du journal Oxygène (35 numéros jusqu’en 2008).

2001  Tête de liste de la liste associative Soisy Oxygène aux élections municipales. Avec 10,7 %, la liste obtient deux élus.

2002  Candidat des Verts aux élections législatives dans la 6e circonscription du Val-d’Oise (de même qu’en 2007, 2012 et 2017).

2002  Organisation de la première Ronde à vélo de la vallée, manifestation familiale et festive réclamant des aménagements cyclables en vallée de Montmorency.

2006  Secrétaire des Verts Val-d’Oise jusqu’en 2011, puis de nouveau en 2013-2014 et en 2015-2017.

2008  Tête de liste de la liste d’union de la gauche Soisy pour Tous aux élections municipales. Avec 32 %, la liste obtient 5 élus.

2008  Responsable du groupe de travail « sécurité publique » de la commission Justice des Verts (jusqu’en 2011).

2009  Contre mon désir, mon employeur décide que je suis volontaire pour partir en préretraite.

2010  Adhésion à la Ligue des droits de l’homme (LDH).

2011  Candidat aux élections cantonales à Beaumont-sur-Oise pour défendre le lac des Ciments et les terres agricoles de Persan (et en 2015) ; représentant d’Europe Écologie Les Verts sur la liste conduite par Alain Richard (PS) aux élections sénatoriales.

2012  Création du blog, pour tenter de compenser le caractère monocolore de l’information à Soisy.

2013  Création d’Archaos Editions, http://archaoseditions.net/, maison d’édition axée sur l’écologie et les arts martiaux. Sous le pseudonyme d’Émile Huicensis, publication du premier roman noir.

2014 Réélection au conseil municipal de Soisy à la tête d’une liste purement écologiste (6,3 %).

2018 Naissance de mon premier petit-fils et en 2021 du second ; démission du conseil municipal de Soisy après plus de vingt ans passés comme conseiller minoritaire.

2019 Ceinture noire d’aïkido (sho-dan).

2021 Candidat aux élections départementales dans le canton de Montmorency sur un ticket PS-EELV obtenant 24 % au premier tour et 37 % au second tour.

Réponses (durables) à la Cavam sur l’environnement

Au mois de novembre, la Communauté d’agglomération de la Vallée de Montmorency (Cavam), à laquelle appartiennent les communes d’Andilly, Deuil, Groslay, Margency, Montmagny, Montmorency, Saint-Gratien et Soisy, a distribué dans toutes les boîtes à lettres un 4-pages vantant toutes ses réalisations en matière d’environnement et de développement durable.

Celui-ci ayant particulièrement peu de contenu, le groupe local d’Europe Ecologie Les Verts a distribué, juste avant Noël, une réponse à cette propagande officielle. Cette réponse est ici: cavamécologie

Tours de passe-passe autour du logement social

Avec un taux de l’ordre de 24 %, la proportion de logements sociaux sur le territoire de Soisy est tout à fait correcte. Mais presque tous appartiennent à des bailleurs privés (France Habitation, 3F, Valestis), la Ville de Soisy n’en détenant quasiment pas en propre. Pourtant, elle se débrouille pour exercer un droit d’attribution sur bon nombre d’entre eux (plus de 300 sur un total de 1.800). Par quel tour de passe-passe ?

Tout simplement en achetant aux bailleurs des « droits directs d’attribution » : le conseil municipal du 20 décembre a encore décidé d’acheter à la société Efidis, pour la somme de 115.000 euros, 4 nouveaux droits directs d’attribution sur une durée de 25 ans.

Cette dépense ne sert donc absolument pas à améliorer l’offre de logement social, elle sert uniquement à acheter du pouvoir, en misant sur le fait que le demandeur qui aura eu l’impression de devoir son logement à la Mairie saura ensuite se comporter en bon électeur.

Cette façon de dépenser l’argent de la Ville étant totalement improductive et moralement douteuse, le groupe Soisy pour Tous (PS-EELV) n’a pas voté cette délibération.

 

Le BIP rêvé du maire de Soisy

Lors de son premier mandat de maire de Soisy (1995-2001), Luc Strehaiano était contre le BIP. Lors de son second mandat (2001-2008), il était pour le BIP. Et, depuis le 25 septembre dernier et les propos ambigus qu’il a tenus lors de la réunion publique d’information sur le BIP (devenu avenue du Parisis), on ne savait plus quelle était sa position. Suite aux questions que je lui ai posées, nous avons eu quelques éclaircissements lors du conseil municipal du 20 décembre.

En fait, ce qui l’embête dans le projet du conseil général, ce sont les voies supplémentaires qui ont été ajoutées pour le bus à haut niveau de service (BHNS) ainsi que les pistes cyclables et les voies piétonnes. Si l’on y ajoute les voies de dégagement nécessaires, il considère que le tout occupe une emprise considérable, ce qui n’est pas faux.

Il a donc fait voter une délibération émettant un avis défavorable au projet présenté par le conseil général (ce qui ne manquera pas d’étonner quand on sait qu’il est le n° 2 du conseil général). Mais dans cette délibération, il est dit aussi que « l’avenue du Parisis peut être une chance et une opportunité pour notre commune » et que le conseil municipal « redit sa détermination de rechercher des solutions visant au délestage des voies principales de Soisy-sous-Montmorency par rapport à la circulation de transit amenée par le BIP ».

Des solutions visant à améliorer la fluidité des voies principales de Soisy il en existe, comme celles que j’ai proposées lors de la réunion publique du 25 septembre. Mais, avec les explications verbales qu’il a données, on sait maintenant quel est le BIP dont rêve le maire de Soisy : une 2 × 2 voies sans BHNS et sans circulations douces !

Ne percevant pas le piège, les 4 élus socialistes ont voté pour la délibération avec la majorité de droite, j’ai été le seul à voter contre. Heureusement, dans le même temps à Deuil-la-Barre, c’est toute la gauche (PS-EELV-FDG) qui votait contre une délibération similaire.