Les contradictions du président du conseil général

Que le maire de Montmorency, François Detton, procède à l’inauguration d’aménagements importants qui ont été effectués dans une école de sa ville — même si l’école Pasteur est loin d’être flambant neuve comme le titre le Parisien de ce dimanche —, c’est normal.

En revanche, que venait faire le président du conseil général, Arnaud Bazin, à l’inauguration de cette école élémentaire ? Alors que la veille, en séance plénière du conseil général, il avait prétexté que l’école élémentaire ne faisait pas partie des compétences du département pour supprimer la subvention accordée jusqu’ici au musée de l’Education de Saint-Ouen-l’Aumône…

 

 

Cure d’amaigrissement pour le projet de BIP

En conformité avec les préconisations du dispositif de partage multimodal de la voirie appliqué aux avenues métropolitaines, le conseil régional d’Ile-de-France a inscrit dans son projet de schéma directeur (SDRIF) que la capacité dédiée à la voiture devra se limiter à 2 × 1 voie sur l’ensemble du tracé de l’avenue du Parisis (plus connue sous le nom de BIP), au lieu de 2 × 2 voies comme c’est le cas actuellement sur les portions est et ouest et en projet sur le tronçon central.

C’est là un premier pas vers une prise en compte plus sérieuse des réalités de ce siècle, mais dont on ne saurait se satisfaire. Les associations réunies dans le collectif Vivre sans BIP continueront à se mobiliser pour faire valoir les solutions alternatives pour améliorer les déplacements des Val-d’Oisiens sans se lancer dans le grand projet inutile et nocif de prolongation du BIP.

 

Le conseil général assassine le musée de l’Education

Créé en 1982 à l’occasion du centenaire de l’école publique, le musée de l’Education du Val-d’Oise a accueilli l’année dernière 8.000 personnes, dont 6.000 élèves. Comme tout établissement de ce genre, il vit largement des subventions publiques, en l’occurrence l’inspection académique, le conseil général du Val-d’Oise et la ville de Saint-Ouen-l’Aumône.

Or, à la séance de vendredi au conseil général, doit être validée une baisse drastique de la subvention, passant de 103.000 euros à 30.000 euros, entraînant de facto le licenciement de la moitié du personnel. Alors qu’il y a bien sûr des réservations pour les mois à venir, le musée ne sait pas comment il va pouvoir fonctionner, ni même s’ il va pouvoir survivre.

C’est triste de constater que le conseil général fait des économies de la sorte alors que, dans le même temps, il est prêt à dépenser 500 millions d’euros dans un grand projet inutile et nuisible comme le BIP. Il est vrai que l’éducation et la culture, tout ce qui concourt au développement et à l’émancipation des individus, n’ont jamais eu les faveurs de la droite, qui préfère les citoyens obéissants qui ne se posent pas de questions.

 

Patronat/syndicats : un accord à côté de la plaque

Il est particulièrement désolant que certains à gauche se félicitent de l’accord national interprofessionnel intervenu vendredi entre le patronat et trois syndicats sur l’organisation du travail. Le simple fait que patronat et syndicats discutent ensemble plutôt que de s’invectiver n’est pas un motif de réjouissance quand, de fait, les syndicats négocient dos au mur.

Le rapport de forces, tant idéologique que sur le terrain, leur étant de plus en plus défavorable, les syndicats essayent d’obtenir de maigres compensations en échange de l’acceptation d’une flexibilité et d’une fragilisation de plus en plus grande des travailleurs. Les modalités techniques pour y arriver sont de plus en plus nombreuses et sophistiquées mais toutes vont dans le même sens, et leur complexité même est un élément qui dessert le salarié lambda face aux services RH des patrons. Les compensations (chômage, formation) sont illusoires, voire scandaleuses s’agissant des complémentaires santé qui vont surtout enrichir les sociétés d’assurance.

Il est des droits imprescriptibles, comme celui d’avoir accès à des soins de qualité sans condition de ressources, qui ne devraient pas faire l’objet de marchandages mais devraient être garantis par l’Etat. Pour cela, il faut mettre un coup d’arrêt à la marchandisation du monde, et entre autres du monde du travail. Le simple terme de « marché du travail » devrait être banni. Si le travail servait à produire les choses utiles aux hommes et non pas à enrichir les uns en exploitant les autres, les bonnes questions seraient posées et les bonnes réponses viendraient alors naturellement.

 

 

Les Soiséens privés de vœux

Ce soir se tient la cérémonie des vœux du personnel municipal au maire. Mais, cette année encore, il n’y aura pas de cérémonie des vœux du maire à la population. Comme dans de nombreuses communes avoisinantes, cette cérémonie traditionnelle avait été supprimée en 2010 pour cause d’austérité budgétaire généralisée. Pourtant, dès l’année suivante, la plupart des villes avaient renoué avec cette tradition républicaine. Mais, à Soisy, toujours rien.

Certes, personne ne regrettera les cérémonies de vœux telles qu’elles se déroulaient dans la salle des fêtes : un interminable discours d’autosatisfecit du maire avant d’avoir droit à un buffet plus que luxueux où malgré tout il était difficile d’accéder, tant ceux qui étaient tout fiers d’être considérés comme des notables de la ville jouaient des coudes pour avoir leur part.

Mais il est quand même regrettable que cette cérémonie ait été complètement supprimée, alors qu’il était possible de la transformer : comme d’autres villes de même strate savent le faire (Vauréal par exemple), on peut très bien proposer un événement festif auquel toute la population sans exclusive est invitée, et ensuite organiser un moment d’échange entre les élus et les citoyens où la simplicité et la convivialité remplacent le luxe et l’ostentation. Faudra-t-il maintenant attendre 2015 ?

 

 

Disparition d’Alain Fleig

Par son fils Gaëtan, je viens d’apprendre le décès d’Alain Fleig. Si je fais part de cette triste nouvelle sur mon blog, c’est parce qu’Alain était le symbole de toute une génération de combats militants : fondateur du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR), créateur de la revue le Fléau social, auteur de l’essai au titre délicieux de « Lutte de con et piège à classe ». Avec l’âge, Alain s’était surtout consacré à la photographie et à l’enseignement universitaire, mais sans rien perdre de sa vivacité originelle. Il m’avait fait l’amitié d’être témoin à mon mariage.

 

Les voitures flambent sous l’œil des caméras

Deux voitures ont complètement brûlé ce lundi sur le parking SNCF du Champ-de-Course, selon une info du Parisien.fr, qui rapporte que l’origine criminelle de l’incendie ne fait aucun doute. Encore une info qu’on ne trouvera pas dans la presse municipale officielle, puisque pour elle tout va toujours bien à Soisy.

Information d’autant plus gênante que le parking est « protégé » par une caméra de vidéosurveillance et que cela n’a empêché en rien la commission du délit, démontrant une fois de plus combien le terme de « vidéoprotection » est une tromperie.

 

Là où Arnaud Bazin passe, l’herbe ne repousse plus

Le Parisien du 4 janvier nous a appris que les associations de défense de l’environnement (Haut Val-d’Oise Ecologie, Val-d’Oise Environnement, Amis de la Terre) avaient été déboutées par le tribunal administratif de Pontoise de leur recours contre la déclaration d’utilité publique du projet de zone d’activité commerciale du Chemin-Herbu à Persan.

Utilité publique ? Alors qu’il y a pas loin d’une dizaine de friches industrielles à Persan ? Alors que cette ZAC sera juste de l’autre côté de la route de la zone commerciale de Chambly ? Alors que 55 hectares de terres agricoles — qui sont la richesse de demain — vont être détruites ?

Ayant été le candidat d’EELV aux dernières élections cantonales à Persan, j’ai été particulièrement horrifié par ce que le maire Arnaud Bazin avait fait de sa ville et effrayé par le fait qu’il devienne président du conseil général, craintes confirmées quand on voit ses positions sur le BIP ou le triangle de Gonesse. Là où Arnaud Bazin passe, l’herbe ne repousse plus. Dans le Val-d’Oise, A. Bazin ne signifie plus Arnaud Bazin mais Attila Bazin…

Photos prises à Persan en février 2011

Manifestation en faveur du mariage pour tous

Même si je fais partie de la génération qui a soutenu les associations LGBT réclamant le droit à la différence, l’attaque en règle des milieux religieux et conservateurs contre le projet de loi sur le mariage pour tous me conduit aujourd’hui à défendre le droit à l’indifférence. Dimanche 16 décembre, j’étais présent à la manif pour défendre le droit au mariage pour tous. Ici en train de discuter avec le vice-président aux transports de la région, Pierre Serne, du… BIP !

 

Mobilisation contre le BIP lors des réunions publiques

Cet automne se sont tenues quatre réunions publiques dites « de concertation » dans des communes de la communauté d’agglomération. A chaque fois, de très nombreux citoyens sont venus pour faire part, chacun avec ses mots et ses motivations, de leur opposition à ce projet obsolète.

Pour ma part, je suis intervenu le 25 septembre à Soisy essentiellement pour démontrer qu’il y avait des aménagements possibles pour résoudre les problèmes de circulation sans construire de BIP. Cette intervention est ici : BIP 12.09

Et, le 16 octobre à Groslay, je suis intervenu essentiellement pour dénoncer les mensonges proférés par les responsables du conseil général au sujet des financements possibles. C’est ici : BIP 12.10