Les réglementations inapplicables du maire de Soisy

Incapable d’avoir une vision globale de l’organisation des déplacements dans sa ville, Luc Strehaiano ne fait que céder aux modes et à diverses pressions, jusqu’à former un ensemble absurde, satisfaisant ni pour les piétons, ni pour les cyclistes, ni pour les automobilistes.

Ainsi croyant répondre à la pétition des riverains qui réclamaient à juste titre une diminution de la vitesse rue de Montmorency, il a apposé des panneaux limitant la vitesse à 30 (alors que cette même départementale est limitée à 50 à Montmorency) avec un feu se mettant automatiquement au rouge si cette vitesse n’est pas respectée.

Sauf que 30 sur cet axe c’est ridicule voire dangereux — on a assisté à plus de dépassements irréfléchis qu’auparavant — et, cédant à d’autres pressions, le feu rouge maintenant ne se déclenche plus à 30 mais à sensiblement plus de 40.

Ne sachant prendre les bonnes dispositions, il biaise… Laissant s’installer un peu plus dans l’esprit des citoyens qu’il faut prendre des libertés avec les lois quand elles sont mauvaises. Ce qui hélas, à tous niveaux, est de plus en plus fréquent.

Il y avait pourtant des solutions simples : en plus du panneau de rappel de priorité à droite, matérialiser les passages piétons à chaque intersection, marquant bien le fait qu’on est en ville et qu’il faut avoir le pied léger.

Une avenue Gavignot toute neuve mais pas aux normes !

Les Soiséens qui sont rentrés de vacances ont pu découvrir une portion d’avenue Gavignot toute neuve, la chaussée et les trottoirs ayant été refaits pendant le mois de juillet. Mais, à part le bitume neuf, cela n’entraîne aucune amélioration pour les usagers : en effet le croisement de véhicules, en particulier avec les bus, est toujours aussi délicat et, surtout, il n’y a rien eu de prévu pour les vélos !

Pourtant, depuis la loi sur l’air du 30 décembre 1996 initiée par Corinne Lepage, il est obligatoire, quand sont faits des travaux de voirie, de prévoir les espaces nécessaires pour les circulations douces, en particulier des pistes ou des bandes cyclables. Une fois encore, en toute conscience, la loi est bafouée par le maire de Soisy.

On savait depuis longtemps que Luc Strehaiano n’avait aucune conscience écologique, mais on était au moins en droit d’attendre qu’il respecte la loi. Or ce n’est même pas le cas…

 

Adieu eau, héron et petits canards

D’une certaine façon j’ai été bien inspiré, au moment de la création de mon blog, de choisir en image de la page d’accueil une photo du plan d’eau du parc du Val-Ombreux, parce que aujourd’hui cela n’existe plus et ne reviendra jamais.

En effet, après plusieurs années de divers votes modificatifs au sujet du financement de la rénovation de ce parc urbain sans qu’il se passe quoi que soit, brusquement fin novembre ce parc s’est vu entouré de barrières provisoires et plusieurs dizaines d’arbres ont été abattus. Pour faire quoi ? Lorsque le sujet était évoqué en conseil municipal, nous n’avions que des réponses floues et évolutives sur des études menées par des prestataires extérieurs. Et, au moment où démarrent les travaux, on apprend que le plan d’eau a été supprimé, pour des raisons d’économies sans doute.

Pourtant un plan d’eau dans un parc, peuplé éventuellement de quelques palmipèdes, ça change complètement sa physionomie et l’attrait qu’il exerce, en particulier sur les enfants. Mais, dans le secret de bureaux confinés et sans la moindre consultation de la population, le maire de Soisy a choisi de déshumaniser un peu plus notre ville…

La résidence du Parc sera bientôt « bâtiment basse consommation »

20170418_154233 - CopieCe mardi s’est déroulée une petite cérémonie pour célébrer le début des travaux qui doit permettre à la résidence du Parc — située chemin du Parc à Soisy — de devenir « bâtiment basse consommation » (BBC). Cette opération est pilotée par la société d’économie mixte Energies Posit’if mais a été rendue possible par le volontarisme du conseil syndical de la copropriété, qu’il convient de saluer.

En effet, si ces travaux permettront à terme de réaliser 53 % d’économies d’énergie, ils se montent quand même à plus de 1.200.000 euros et, même après les aides de la Région, de l’Ademe et les crédits d’impôts, cela laisse une somme conséquente à régler aux copropriétaires.

Et si Luc Strehaiano s’est fendu d’un petit discours pour saluer cette réalisation, il a répondu négativement à la demande des copropriétaires d’exonération temporaire de la taxe foncière qui est rendue possible par les textes en vigueur. Alors que, sur sa volonté, la Ville accorde des subventions aux copropriétés qui font des travaux dits de « sécurisation », il ne fait rien pour les copropriétés qui font des investissements porteurs d’avenir, rien d’autre que couper le ruban d’inauguration…

 

2017, l’année où on arrête les choses absurdes ?

20170105_145945En ce début d’année où sont prises de bonnes résolutions, je suggère à notre bonne ville de Soisy-sous-Montmorency d’arrêter les réglementations absurdes, qui sont symbolisées par l’implantation récente de ces deux panneaux rue de Montmorency : panneau « fin de zone 30 » pour, 10 mètres plus loin, mettre un panneau « zone 30 ». Le maire veut-il nous inciter à rouler à 50 juste pour la traversée du carrefour protégé par un stop ?

De plus, s’il fallait effectivement prendre des mesures pour réduire la vitesse sur cette voie, ce n’est pas la bonne solution qui a été choisie. Il aurait été beaucoup plus judicieux, efficace et moins contraignant de mettre des passages piétons à chaque intersection et de rappeler la priorité à droite, qui n’est jamais respectée dans le sens de la descente.

Quelle est l’utilité de l’hippodrome pour les Soiséens ?

Lors du dernier conseil municipal le maire a également proposé le vote d’une motion « contre la suppression des courses de galop sur l’hippodrome d’Enghien-Soisy », puisqu’il semblerait que la direction de la société France Galop a décidé de supprimer les courses d’obstacles à Enghien l’année prochaine, ne laissant continuer que les courses de trot. J’ai été le seul à ne pas la voter, en développant les arguments suivants.

D’abord d’ordre général : le concept d’amélioration de la race chevaline, qui est un des buts déclarés de la société France Galop, est éminemment suspect, je trouve qu’il est toujours dangereux d’avancer de tels concepts d’amélioration de race. De plus le bizness généré par le monde des courses n’est pas exemplaire, il est entre autres scandaleux que le PMU soit autorisé à faire de la publicité pour inciter les gens à jouer (tout comme les autres jeux de hasard d’ailleurs).

Ensuite d’ordre local : l’hippodrome est considéré au plan local d’urbanisme (PLU) comme un espace vert, mais un espace vert bien triste, qui a vraisemblablement un recours massif aux produits phytosanitaires les plus nocifs. C’est un espace privé et les Soiséens n’y ont pas librement accès (même si le maire s’est efforcé d’y organiser un certain nombre d’événements ouverts à tous). Il est utilisé un faible nombre de jours dans l’année ce qui n’est pas une utilisation rationnelle, mais quand il fonctionne il gêne les Soiséens qui ne peuvent plus se garer avant de prendre le train. Il est un obstacle à l’application du plan d’aménagement et de développement durables (PADD) et du PLU qui ont été votés par le conseil municipal, alors qu’on pourrait construire des logements à la place du terrain vague qui sert occasionnellement de parking.

Sachant de plus que les hippodromes sont en surnombre en France, je pense donc qu’il serait de l’intérêt général d’aller vers une disparition de celui d’Enghien-Soisy afin d’y créer des réalisations utiles aux Soiséens : espace vert digne de ce nom, logements et parkings proches de la gare. Celle-ci pouvant malgré tout, en souvenir des hobbies de la bourgeoisie du XIXe siècle, garder son nom de « Champ-de-Courses ».

Scandale à la plâtrière Vieujot : le site en zone naturelle classée sert de décharge industrielle

Alerté par un riverain, j’ai constaté qu’il y avait un trafic important de camions se rendant sur les terrains de l’ancienne plâtrière Vieujot, rue Saint-Paul. Et j’ai pu voir qu’un certain nombre de camions déversaient des déchets de déconstruction tandis que d’autres déversaient d’importantes quantités de sable.

Camion déchargeantPourtant, au plan local d’urbanisme (PLU) de la ville de Soisy, cette zone est classée Na, c’est-à-dire qu’y sont interdites non seulement les constructions, mais aussi les décharges et les dépôts de toute nature.

Par un courrier du 4 septembre, j’avertissais officiellement le maire de Soisy de ce qui se passait et lui demandais ce qu’il comptait faire pour stopper au plus vite ces activités délictueuses. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’a mis aucun empressement à me répondre et ce n’est qu’en insistant que son cabinet m’a fait savoir que, « s’agissant d’une installation classée, [il a] pris contact avec les services préfectoraux compétents et que l’enquête est donc en cours ».

Je dois avouer que, alors que s’accélère la destruction de zones boisées, j’espérais une réaction plus énergique du maire, et entre autres qu’il use de son pouvoir de police.

L'état de la zone naturelle classée se dégrade chaque jour...
L’état de la zone naturelle classée se dégrade chaque jour…

Le vélo à Soisy

Ce dimanche avait lieu dans les rues de Soisy la traditionnelle épreuve de duathlon (course à pied + vélo). Préalablement, les services techniques de la ville avaient fléché le parcours par des marques à la peinture orange sur le sol. Mais pas seulement : pour des raisons de sécurité, des marques à la peinture orange indiquaient aussi certains obstacles tels que plaques d’égout pas au même niveau que le bitume, rotondités en pierre censées ralentir le trafic automobile, bordures de trottoir un peu traitres…).

Ces précautions prises pour une compétition cycliste montrent bien que, à Soisy (même si ce n’est pas qu’à Soisy), rien n’est fait pour le vélo et pour ceux qui voudraient privilégier ce mode de déplacement non polluant. Et quand, par extraordinaire, il est décidé de faire un geste, la concrétisation de ce geste met du temps à se manifester : ce n’est que le 3 février 2016 que la commission environnement a commencé à examiner le projet de contresens cyclable chemin du Parc dont le maire avait accepté le principe, à ma demande, le 6 novembre 2014 ! Faudra-t-il encore attendre quinze mois avant que ces petits aménagements soient effectués ?

Consommer local ?

L’association représentant les artisans et commerçants de Soisy vient de distribuer dans nos boîtes à lettres le petit fascicule 2016 répertoriant les membres de leur association.

Nos artisans et commerçants ont compris que le discours écologique était porteur, puisqu’ils mettent en exergue l’assertion « Mieux consommer, c’est consommer local », ce avec quoi je suis parfaitement d’accord. En effet, il est toujours mieux d’aller à pied avec son cabas faire ses courses quotidiennes chez les commerçants de proximité avec lesquels on entretient souvent un lien de convivialité, plutôt que de prendre sa voiture pour aller remplir son Caddie dans un hypermarché froid et déshumanisé.

Il ne reste donc plus qu’à les convaincre que « consommer local » ce n’est pas seulement faire les courses en bas de chez soi, mais aussi et surtout acheter des produits qui ne viennent pas de l’autre bout de la planète pour des raisons financières comme c’est encore trop souvent le cas. S’il n’y a pas de raisons de se priver de fruits qui ne peuvent pousser en métropole (oranges, bananes), il est aberrant de faire faire des milliers de kilomètres à des fruits (cerises, framboises) que l’on peut consommer abondamment en saison.

La vie Auchan nous rend chèvre

Ce vendredi après-midi j’avais quelques menues courses à faire dont deux boîtes de thon, et je juge — à tort ou à raison — que le plus simple est d’aller à Auchan.

Au rayon des conserves, je vois une boîte de thon qui correspond à ce que je cherche, à 1,80 euro. Très bien , je m’apprête à en prendre deux. Mais, en même temps, je vois qu’il y a une promo pour un lot de quatre boîtes. En général, par grosse quantité c’est moins cher, et c’est peut-être intéressant, même si je n’en ai besoin que de deux maintenant, d’en prendre quatre… J’hésite, tout en cherchant le prix. Pas de prix d’affiché. Ce genre de promo étant souvent en plus en tête de gondole, je vais voir en tête de gondole. Oui, elle y est bien, mais toujours sans prix, ni sur l’emballage ni en affichage… Je cherche alors une borne de prix. La même promo est également en tête de gondole de l’autre côté, mais toujours sans prix… Quand je trouve enfin une borne de prix, elle affiche 7,67 € !

C’est-à-dire que si j’achète 4 boîtes à 1,80 € je paye 7,20 €. Mais si je décide de « profiter » de la promotion Auchan, je les paye 6,5 % plus cher ! Cette pratique tarifaire se doublant d’un triple défaut d’affichage pourtant obligatoire, difficile de croire à une erreur de bonne foi. Combien de clients, n’ayant pas le temps de procéder à ces vérifications, se font ainsi arnaquer ?