« Consommer local » : encore un concept mal compris par la mairie !

« Consommer local » : c’est ce que le dernier numéro de Soisy magazine nous incite à faire, c’est même le gros titre en couverture. Et on ne peut être que d’accord avec cette invitation. Pour des raisons tant environnementales que sociales et sociétales, les écologistes ont toujours défendu le commerce de proximité contre les grandes surfaces. Et nos commerçants ayant été encore plus fragilisés par la crise, il est effectivement important de les soutenir.

Sauf que, rien qu’au marché par exemple, on trouve quantité de produits venant de continents lointains proposés par les vendeurs, soit parce que hors saison chez nous soit parce que les réglementations très souples de certains pays permettent des prix plus bas, mais avec un bilan carbone et social désastreux. Il n’est certes pas question de se priver d’oranges ou de bananes qui ne peuvent pas pousser sur notre sol, mais il n’y a aucune raison de satisfaire le désir de vouloir manger des cerises en hiver, nos terres offrent largement un panel de produits variés en toutes saisons.

Or, il n’est absolument pas question de cette problématique dans les articles consacré à ce sujet dans les pages centrales. Alors que c’était l’occasion de souligner la nécessité de préserver les terres agricoles de Gonesse menacées d’urbanisation pour avoir réellement des produits locaux. Car c’est cela « consommer local ». Comment peut-on utiliser ainsi un slogan sans en connaître le vrai sens ?

Ignorance ? Inconscience ? Indifférence ?

Consommer local ?

L’association représentant les artisans et commerçants de Soisy vient de distribuer dans nos boîtes à lettres le petit fascicule 2016 répertoriant les membres de leur association.

Nos artisans et commerçants ont compris que le discours écologique était porteur, puisqu’ils mettent en exergue l’assertion « Mieux consommer, c’est consommer local », ce avec quoi je suis parfaitement d’accord. En effet, il est toujours mieux d’aller à pied avec son cabas faire ses courses quotidiennes chez les commerçants de proximité avec lesquels on entretient souvent un lien de convivialité, plutôt que de prendre sa voiture pour aller remplir son Caddie dans un hypermarché froid et déshumanisé.

Il ne reste donc plus qu’à les convaincre que « consommer local » ce n’est pas seulement faire les courses en bas de chez soi, mais aussi et surtout acheter des produits qui ne viennent pas de l’autre bout de la planète pour des raisons financières comme c’est encore trop souvent le cas. S’il n’y a pas de raisons de se priver de fruits qui ne peuvent pousser en métropole (oranges, bananes), il est aberrant de faire faire des milliers de kilomètres à des fruits (cerises, framboises) que l’on peut consommer abondamment en saison.